Première page Précédent Suivant Dernière page Résumé Texte

Notes:


Conférence

Le propos de cette conférence voudrait être une réflexion sur les gouvernements de Maurice Duplessis et la perception de cette période dans la mémoire collective québécoise. L’expression Grande noirceur est-elle justifiée ? L’image très négative qui est associée avec le régime Duplessis pour la plupart est-elle fondée ? Pour tenter d’y répondre, nous allons d’abord voir comment les gouvernements de Duplessis se comparent avec les gouvernements libéraux du Québec qui l’ont précédé. On poussera même la comparaison avec certains qui lui ont succédé, sur des enjeux comme les mines et la corruption, par exemple. Comment se comparent-ils avec les autres gouvernements de l’Amérique du nord à l’époque ? Se faisant, nous nous interrogerons sur ce que l’on reproche exactement à Duplessis, sur les mauvais côtés et parfois les bons coups de son régime, voire les éléments positifs du développement du Québec à l’époque, tout en reconnaissant que son gouvernement ne peut être tenu pour seul responsable. Si les défauts sont bien réels, la comparaison avec ses prédécesseurs immédiats au Québec et ses contemporains en Amérique inciterait à identifier une nette exagération dans l’expression « Grande noirceur » qui lui est identifiée. Plus profondément, nous nous interrogerons sur les causes et les effets de cette légende noire dans la mémoire collective. Conférencier: Charles-Philippe Courtois.

Conférencier

Charles-Philippe Courtois est professeur agrégé d'histoire au Collège militaire royal de Saint-Jean. Il a complété un doctorat en histoire à l'Institut d'études politiques de Paris (2007) et à l'Université du Québec à Montréal (2008), ainsi qu'un stage postdoctoral à l'Université du Québec à Trois-Rivières. Son champ de spécialité est l'histoire intellectuelle du Québec. Il a publié de nombreuses études dans ce domaine. Il est notamment l'auteur de La Conquête. Une anthologie (Montréal, Typo, 2009). Il a codirigé plusieurs ouvrages collectifs : l'Histoire intellectuelle de l'indépendantisme québécois, en deux volumes (avec Denis Monière et Robert Comeau, chez VLB Éditeur, 2010-2012), La culture des Patriotes (avec Julie Guyot, chez Septentrion, 2012) et Le Québec dans la Grande Guerre (avec Laurent Veyssière, chez Septentrion, 2015). Son dernier livre est Lionel Groulx. Le penseur le plus influent de notre époque (L’Homme, 2017), la première véritable biographie de Lionel Groulx. Son étude sur la fabrique du mythe de la Grande noirceur au sujet de Duplessis est parue dans Duplessis, son milieu, son époque (ouvrage dirigé par Lucia Ferretti et Xavier Gélinas, Septentrion, 2010).